Rechargement de cartouche et toner

Comment recharger une cartouche ou un toner ?

Qu’est-ce que le toner ?

Le toner, signifiant encre solide, est le consommable des imprimantes et photocopieurs laser. Il se présente sous la forme de poudre généralement composée de pigments et de matières plastiques. Principalement contenu dans des cartouches, il sert à effectuer des impressions de textes ou de dessins à l’aide du procédé dit de l'électrophotographie (charger un support en ion positif à l’aide de la lumière pour y attirer l’encre, chargée négativement).

Pourquoi recharger le toner ?

L’écologie étant un enjeu majeur, les habitudes du consommateur changent en conséquence. Cette nouvelle façon de penser, tournée vers la revalorisation des produits, a vu l’émergence de nouveaux concepts. Assez récent, celui de la recharge du toner permet aux cartouches vides, encore utilisables, de bénéficier d’une deuxième vie. L’autre avantage substantiel de ce procédé par rechargement est l’économie financière qu’il permet.

Comment recharger une cartouche toner ?

Substance extrêmement volatile, le toner doit être manipulé avec précaution. La démarche la plus simple consiste à recourir à des professionnels proposant ce service. Il est cependant possible d’effectuer la maintenance soi-même. Quelques précautions sont cependant à prendre au préalable comme le port de gant et de masque. Il est aussi nécessaire de définir le type de toner adapté.

Il existe 3 méthodes pour changer le toner de vos cartouches vides.

1) La première méthode s’applique sur tous les modèles dotés d’un bouchon (Brother, Lexmark). Il est parfois nécessaire de dévisser ou déclipser un cache en plastique pour y accéder.

  • Retirer le bouchon qui se trouve sur le dessus ou le côté de la cartouche à l’aide d’une pince ;
  • Vider le reliquat de poudre qui pourrait rester dans le contenant ;
  • Remplir avec un toner compatible ;
  • Remettre le bouchon en place.

2) La deuxième méthode est utilisée pour les machines utilisant des tubes à toner (Epson).

  • Localiser le réservoir du toner ;
  • Vider et remplir le réservoir à toner ;
  • Dévisser ou démonter les deux parties ;
  • Réassembler le tout.

3) Pour les cartouches non pourvues d’un système de vidage (HP), il existe la méthode dite du perçage.

  • Se munir d’un outil de perçage adéquat ;
  • Choisir une surface la plus plane possible sur le réservoir, y effectuer un trou à l'aide de la perceuse ;
  • Vider le toner résiduel ;
  • Remplir le réservoir ;
  • Reboucher le trou à l’aide d’un bouchon acheté pour l’occasion ou avec du scotch toilé.

Combien ça coûte ?

Les prix des toners ou cartouches d'imprimantes varient en fonction du modèle ou de la teinte, d’une dizaine d’euros pour un toner noir compatible, jusqu'à quelques centaines d’euros pour une encre teintée (ex : magenta). Le recours à un professionnel pour effectuer le rechargement est possible moyennant quelques dizaines d’euros. Certains sites de vente en ligne proposent des kits de recharge, comprenant l’encre en poudre, de quoi se protéger des particules, un guide détaillé de la manœuvre et en fonction des modèles, un outil de perçage et une puce reset.

Changer la puce électronique

Certaines marques équipent leurs cartouches toner de puces électroniques. Leurs fonctions consistent à décompter le nombre d’impressions encore réalisables. Il est possible, selon le modèle, qu’il faille en installer une nouvelle, alors appelée puce de réinitialisation. Il suffit alors de la localiser, de la retirer à l’aide d’une pince à épiler et de mettre la nouvelle en place.

Recyclage et reconditionnement des cartouches de toner

Classée dans la catégorie des déchets industriels dangereux, la cartouche toner nécessite un traitement particulier. Il existe à ce jour trois formules de revalorisation.

  • La première consiste en un reconditionnement de la cartouche. Elle est démontée et nettoyée et les pièces trop usées sont remplacées. Le tout est ensuite remonté, rechargé en toner pour répartir dans les réseaux de distribution.
  • La deuxième méthode intervient quand la remise en vente n’est plus possible. Dans ce cas, les pièces défectueuses sont acheminées vers un centre de tri pour être recyclées et réutilisées pour la fabrication de nouveaux matériels.
  • La dernière méthode consiste à valoriser énergétiquement tous les éléments qui ne peuvent prétendre aux deux méthodes susmentionnées. Le traitement des déchets non recyclables par combustion dégage de l’énergie qui est ensuite transformée en électricité.
Retour aux actualités

Autres articles du blog :